http://www.madeinq.com/


Explosion de couleurs : Mysore, Karnataka

novembre 16th, 2010

Ce qui va vous frapper le plus dans ces photos ce sont sans doute les couleurs. Je sais, c’est très cliché, mais attendez je vais essayer de vous convaincre que ce passage obligé apporte quelque chose. Le marché de Mysore est un exemple parfait.

Pamina et moi prenons une pause

Femme portant des fleurs dans ses cheveux

Nous sommes arrivés tard le soir à Mysore. Nous avons trouvé une chambre assez facilement, mais la chaleur et le caractère inhospitalier de l’hôtel nous ont fait fuir à la terrasse d’un restaurant, en haut d’un assez haut immeuble.

La ville ne s’est dévoilée que le lendemain lorsque nous avons déambulé dans les rues de cette petite ville du centre du pays.

Lors de notre roadtrip nous avons parcouru le sud de l’Inde côté ouest. Après avoir visité le Kerala, nous sommes donc passés par Mysore, ville dont honnêtement personne ne parle lorsqu’ils racontent leur voyage dans le sud de l’Inde. Et l’explosion de couleurs ne serait pas aussi intense, je n’aurais pas gardé un si fort souvenir de cette ville.

Dans le sud de l’Inde les Indiens ont la peau plus foncée que dans le nord. La coutume veut que les femmes portent des guirlandes de fleurs fraîches dans leur cheveux : c’est superbe et si c’est du jasmin : l’odeur est géniale.

Le vendeur de "pavés" de sucre

Ca semble être un poncif sur l’Inde que de montrer des photos d’épices, de fleurs ou de sari de toutes les couleurs mais lorsqu’on est face à une intensité pareille, on ne peut pas s’empêcher de s’arrêter, de se taire et de regarder les gens passer. Autour de nous tout bouge très vite, la circulation est bruyante, la chaleur à ce moment de l’année (mars) était déjà pesante. Alors on s’arrête et on en prend plein la vue.

On peut suffoquer facilement dans une telle atmosphère : je repense à mes amis français qui ne supportent pas la foule. Là, il faut le dire : comme partout en Inde, la poussière, le bruit et la foule sont omniprésents. Et lorsqu’on est sur la route, ça nous met dans un état d’esprit particulier : le mouvement, les paysages qui défilent, on est déjà sous le charme d’une beauté de la vitesse. Le vert du Kerala laisse place à travers la fenêtre du bus aux sols arides du Karnataka, . La pose que nous avons fait à Mysore a été un moment particulier dans la mesure où au lieu de nous reposer, nous avons été bombardés de couleurs et de senteurs, ainsi que du goût trop sucré du jus de canne qu’on achète dans la rue. Notre parcours dans le sud de l’Inde est une course pour tout voir où nous avons réussi à capter quelques instantanés. Et la leçon avec l’épisode de Mysore est que même lorsque l’on pense s’arrêter, le pays tout entier se met à nous dire qu’il a encore une richesse et une beauté à nous montrer. Cette intensité est intarissable.

A la gare routière

C’est Pamina qui prend les photos : les Indiens se prêtent au jeu et se laissent photographier. Le temps d’un clic, elle partage une forme de complicité avec ces gens que les autres Indiens regardent si peu et le résultat de ces photos me plaît, sans doute parce qu’elle sait s’effacer derrière son objectif. Je crois que c’est une qualité essentielle pour faire de la photo.

Un des trieurs de fruits - petites mains qui rendent ce marché si beau

Les couleurs du marché : un passage obligé

Marché aux fleurs

Exemple sur le marché, tout est parfaitement trié

Photo du marché

Le palais de Mysore, éclairé par des milliers d'ampoules les dimanches soirs

C'est comme si chacun sur le marché ne vendait que quelques fruits ou légumes, sortes dans lesquelles ils se seraient "spécialisés"

Entry Filed under: Saison 2

1 Comment Add your own

  • 1. Grégoire  |  novembre 16th, 2010 at 15 h 08 min

    Sympa ces photos inédites de ton voyage en Inde.
    Tu y retournes quand ?

Leave a Comment

Required

Required, hidden

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Categories

Most Recent Posts